Pages

mercredi 7 novembre 2012

Être Asperger et se trouver un emploi

Dans mon précédent billet, je présentais les caractéristiques générales du syndrome d'Asperger et laissais entrevoir que ce trouble rendait très laborieuses la recherche et l'insertion en emploi. Bien qu'on se doute qu'une personne ayant des habiletés sociales réduites ait de la difficulté à décrocher un emploi, qu'est-ce que distingue la personne Asperger de la personne simplement peu habile ?

D'abord, quelques statistiques. Selon Müller, Schuler, Burton et Yates (2003), les personnes Asperger connaissent plus le chômage que la population en général. Elles se retrouvent aussi en plus grand nombre dans des emplois pour lesquels elles sont surqualifiées. Toujours selon ces mêmes auteurs, on estime à 10% le nombre de personnes Asperger réussissant à se trouver un travail. Autrement dit, 90% des personnes Asperger seraient en situation d'exclusion du monde du travail.
Pourtant, les personnes Asperger font d’excellents employés. Non seulement elles excellent habituellement dans un talent particulier, mais de par leur régime de vie rigide et encadré, elles sont très loyales, honnêtes et ponctuelles. Mais comme on peut le deviner, les personnes Asperger éprouvent des difficultés cruciales.

1) Il est très difficile pour elles de comprendre le processus de recherche d’emploi : comment rédiger un CV ? Quelles informations y écrire ? Tout mettre les détails, en mettre aucun ? Il est très difficle pour elles de se mettre dans la peau de l'employeur.

2) S’habituer à de nouvelles routines de travail : Une fois l'emploi obtenu, les premières semaines sont extrèmement difficiles. Apprendre rapidement à être productif dans un nouvel envrionnement qui a sa propre culture, son propre mode de fonctionnement, en plus de faire preuve de compétence et de rapididté au plan technique est très difficile.

3) Communiquer : Cela restera toujours le talon d'Achille des personnes Asperger : comment nouer un premier contact avec l'équipe de travail ? Comment donner et recevoir la rétroaction de l'emplolyeur ? Comment exprimer ses besoins, limites et comment faire valoir son potentiel ?

4) Naviguer dans les interactions sociales : On le sait, l'insertion et le maintien en emploi reposent en grande partie sur le réseau de contacts. La promotion et progression en emploi s'obtiennent certes grâce aux compétences mais également en fonction des alliances et relations qu'on établit. Les personnes Asperger sont fort probalement déficitaires à ce plan.

Ouf ! Tout qu'un défi de faire une démarche d'orientation dans ce contexte ! Auriez vous des idées, des pistes de solutions, des expériences à partager ?  Avez-vous vécu une expérience de counseling avec une personne Asperger sur laquelle vous aimeriez échanger ?

J'attendrai de vos commentaires !
Émilie Robert, c.o.

Référence :
Muller, E., Schuler, A., Burton, B.,& Yates, G. (2003). Meeting the vocational support needs of individuals with Asperger syndrome and other autism spectrum disabilities.
Journal of Vocational, Behavior, 18, 163-175.